• La qualité au meilleur prix

    Des produits naturels pour tous les budgets

  • Livraison offerte dès 50€ d'achat

    Choisissez un jour qui vous convient

  • Protection des données clients

    Vos données sont en sécurité chez nous

Comment booster ses performances cérébrales ?

Améliorer ses performances cérébrales, qui n’en rêve pas ? L’époque moderne dans laquelle nous vivons sollicite notre cerveau à un niveau sans précédent dans la longue évolution de l’être humain. Mémoire, concentration, rapidité de calcul et d’analyse, réactivité et vivacité d’esprit sont autant de fonctions qui sont devenues essentielles à notre survie et indispensables à notre épanouissement. Voici donc quelques astuces pour muscler votre cerveau et le garder toujours alerte !

Alimentation, pour que vos neurones restent connectés

Dans la "musculation" du cerveau, l’alimentation joue un rôle central. Selon ce que vous mangez ou ne mangez pas, vos fonctions cérébrales seront au top, ou au contraire, connaîtront un lent et inexorable déclin.

Les aliments à privilégier : les acides gras oméga-3 sont particulièrement appréciés par nos neurones, car qui dit oméga-3 dit EPA et DHA, deux éléments connus pour être très bénéfiques pour le cerveau. Le conseil des grands-mères de toujours manger du poisson pour réussir à l’école était donc fondé, puisqu’on retrouve les oméga-3 principalement dans les aliments issus de la mer.

En plus des poissons gras, il est également conseillé de consommer les fruits antioxydants comme les fraises, les baies de goji ou les framboises, les viandes riches en fer, les légumineuses ainsi que les crucifères (brocoli, chou). Des boissons antioxydantes comme le thé sont aussi à considérer et vous feront le plus grand bien.

Les aliments à éviter : la consommation excessive de sucre est proscrite aujourd’hui par l’ensemble des nutritionnistes qui assimilent le sucre à un poison des temps modernes. Parmi ses nombreux effets néfastes sur la santé, l’altération de nos fonctions cérébrales fait malheureusement partie de la liste. Des recherches récentes pointent du doigt le sucre non raffiné comme le principal responsable de la dégradation de notre mémoire et du déclin cognitif.

En plus du sucre, il est recommandé d’éviter les aliments contenant des graisses saturées qui sont mauvaises pour notre cholestérol, mais aussi pour notre cervelle. Plusieurs études montrent par ailleurs qu’obésité et mémoire ne font pas toujours bon ménage. Les glucides raffinés sont également à éviter autant que possible (pain blanc, riz blanc).

Enfin, sachez que l’alcool est très préjudiciable à nos fonctions cérébrales, surtout chez les personnes qui ont une consommation excessive, puisque l’alcool a des effets neurotoxiques certains. Ainsi, les individus dépendants sont plus susceptibles d’endommager l’hippocampe, une partie du cerveau qui contrôle la mémoire. De plus, les dégâts occasionnés par l’alcool sont parfois irréversibles ! Alors mieux vaut prévenir pour les cas où il n’y a pas de guérison possible.

Respecter ses heures de sommeil

Il va s’en dire qu’un cerveau qui dort bien sera plus enclin à être performant. Plusieurs scientifiques soulignent ainsi le lien étroit qui existe entre un bon sommeil et une bonne mémoire. Il a été établi qu’une bonne nuit favorise une meilleure résolution des problèmes et facilite l’acquisition des connaissances. Le proverbe "La nuit porte conseil" disait donc vrai et est aujourd'hui scientifiquement prouvé.

Pratiquer la méditation et l’entrainement cérébral

Le cerveau est comme un muscle. Il a besoin de temps de repos, mais aussi d’exercices pour rester performant. La pratique régulière de méditation peut beaucoup aider en ce sens. Relaxante et apaisante, la méditation réduit le stress, abaisse la pression artérielle qui a un impact sur le cerveau, et améliore la mémoire ainsi que la forme de la matière grise qui garde toutes ses capacités avec l’âge.

Parallèlement à la méditation, il est bon de pratiquer des exercices pour bien entraîner votre cerveau. Le fait de jouer à des jeux de mémoire permet d’entretenir la plasticité de cet organe sensible en préservant la souplesse des réseaux neuronaux qui le tissent. Sudoku, mots croisés, échecs, ou jeux intellectuels, varier les exercices aidera à faire travailler différentes fonctions en alliant l’utile à l’agréable.